5 Fevrier 2013, matinée tranquille à la casa Yoyo, une grande colloc' type auberge espagnole dans laquelle j'ai posé mes valises depuis une petite semaine, en plein centre de Valparaiso. Le mélange subtil entre playa, fiesta et culture me convient à merveille, et l'équipe chiliana argentina alemana espagnola francesa qui habite la casa est bourrée d'énergie explosive et hilarante. Je sent donc, comme souvent dans ce voyage, que je pourrais rester là une paire d'année; mais le temps passe, Bogota est encore bien loin, et le Carnaval commence dans quelques jours dans la quebrada de Humauaca, à quelques 1500km de là. Opération rassemblement et compression de mes affaires dans le sac, tout est là, c'est un miracle; le vagabond, tout ému de quitter ses nouveaux amis, peut reprendre la route... 36h de bus plus tard, arrivée à Salta, petit étape de deux jours avant d'aller se jeter en pleine furie carnavalesque, ce qui nécessite d'être en forme!

IMG_2569  IMG_2579

 

Le "desentierro" del diablo de Carnaval marque le début des festivitées, une semaine ou tout est permis, placée sous le signe de "la alegria" et de la célébration à la "patchamama". Dance, musique, costumes multicolores, batailles à coup de mousse, farine, peinture, tout le monde devient un peu "loco", la "chicha" coule à flot et on mache tous des grosses boules de feuilles de coca, la fête dure donc 24h sur 24.

IMG_2684

IMG_2694

IMG_2691  IMG_2695

 

Après deux jours et deux nuits à ce rythme entre Tilcara, Humauaca et La Quiaca, la fatigue me gagne et je décided'aller me perdre à Iruya, un petit village reculé et beaucoup plus tranquille, à 5h de piste de là. Le bus monte à plus de 4000m d'altitude, on traverse des rivières tant bien que mal, sous le regard paisible des lamas et des quelques troupeaux de chèvres; les gens ici ont vraiment l'allure de boliviens, petits et mats de peau, le depaysement est total. Le carnaval se célèbre ici se célèbre de manière beaucoup plus traditionnelle, les participants forment une ronde et se livrent à une sorte de transe, en chantant accompagnés par les tambours et flûte traditionnelles. Tous vétus de ponchos rouges et de chapeaux ornés de plumes, ils peuvent tenir comme ça des heures durant!

IMG_2741

IMG_2744

IMG_2746

IMG_2750

IMG_2755

Afin de pousser l'aventure encore plus loin, on décide de partir marcher à San Isodro, un autre pueblito où les voitures n'existent pas, niché au fin fond d'une vallée où la roche rouge flamboyante contraste parfaitement avec la végétation et les cultures. Le soir, on mange chez un gars du village super sympa, qui nous conte pendant des heures la vie et les légendes du coin sous un ciel gavé d'éoiles en buvant du café cognac, c'est juste parfait...

 

IMG_2776

IMG_2783

IMG_2785

IMG_2790

IMG_2757